Coup de coeur·Thriller

La liste de nos interdits de Koethi Zan

1997 :
Depuis le terrible accident de voiture qui avait tué la mère de Jennifer et blessé celle-ci et sa meilleure amie Sarah, ces 2 jeunes filles ont appliqué à leur vie des règles très stricts sous forme de liste d’interdits. Elles réalisent régulièrement des statistiques sur les différentes façons de mourir. On les sent obsédées par la mort…

13 ans plus tard, on retrouve Sarah à New-York, elle travaille pour une compagnie d’assurance, la plupart du temps à partir de son domicile, pour fuir tout contact humain et tout danger, essayant tant bien que mal de survivre à 3 ans de séquestration et de tortures,  dans un sous-sol, où a périe sa meilleure amie Jennifer.

Elle s’en est sortie vivante avec 2 autres jeunes femmes Christine, mariée depuis et mère de 2 petite filles, et Tracy féministe acharnée.

Le passé refait surface quand l’agent Jim Mc Cordy reprend contact avec Sarah afin que celle-ci vienne témoigner pour empêcher son bourreau, Jack Derber, d’être remis en liberté conditionnelle pour bonne conduite mais également pour lui remettre une lettre de celui-ci sous forme d’énigme.

Commence pour Sarah une quête de vérité,  mais aussi de remise en question.

Ce livre et brillant, on pourrait penser que l’auteur va s’enfouir dans la brèche de la facilité en nous décrivant avec détails les horreurs subis par les victimes de Jack Derber, mais non, avec brio, elle nous entraîne bien plus loin, sondant les âmes et des victimes et des bourreaux.  Aucun temps mort dans ce roman.  L’auteur ne nous laisse rien deviner.

J’avoue que, surtout sur les derniers chapitres, ce livre ma tenue en haleine. Impossible de le poser avant de comprendre, pourquoi, qui, comment ?

Rien à redire, un coup de coeur pour moi, me permettant de terminer cette année 2017 en beauté !

Éditeur : Fleuve éditions (fleuve noir) le 11 juin 2015
Nombre de pages : 368

************************

Elles croyaient que tout prévoir, tout anticiper les sauverait du pire. Elles se trompaient.
Ne pas se rendre seule à la bibliothèque le soir
Ne pas se garer à plus de six places de sa destination
Ne pas faire confiance à un inconnu
Ne pas sortir sans bombe lacrymo
Toujours repérer les sorties
Toujours suivre les règles
Ne jamais paniquer…
Et la règle n°1 : ne jamais monter dans la voiture d’un inconnu.
Elles avaient tout prévu. Rédigé une liste exhaustive des dangers qui peuplent notre environnement. Énuméré tous les interdits. Pris toutes les mesures de sécurité pour rendre leur monde plus sûr.
Aucun imprévu ne devait plus pouvoir les surprendre.
Elles ont enfreint la première règle : elles ont pris un taxi.
Dès lors, le cauchemar n’aura plus de fin.

 

 

Thriller

Ne mords pas la main qui te nourrit de A.J. Rich

Morgan étudiante en victimologie découvre en rentrant chez elle son fiancé canadien, Bennett, lacéré par ses 3 chiens.

Elle est dévastée. En tentant de prévenir sa famille, elle découvre que celui-ci lui a menti et sur son identité et sur son adresse. Afin de faire son deuil de ce fiancé si parfait, elle décide de découvrir ce qu’il cachait..

En lisant le résumé j’attendais beaucoup de ce thriller psychologique, qui mélange, manipulations psychologiques, enquête, amour….mais voilà la sauce n’a pas prise.

Beaucoup trop de longueur, je comprends assez vite se qui se passe, pas de rebondissement, personnages pas ou peu attachant, fin prévisible…j’ai eu la nette impression d’avoir perdu mon temps avec cette lecture.

 

Éditeur : Mazarine avril 2016

Nombre de pages : 359

***************************

Morgan a trois passions : la victimologie, qu’elle étudie, ses chiens – Cloud, adorable berger des Pyrénées, Chester et George, pitbulls patauds – et Bennett, son fiancé canadien rencontré sur Internet, avec lequel elle entretient une relation torride. Un jour, en rentrant chez elle, Morgan trouve son petit appartement de Brooklyn dévasté. Son amant est plus mal en point encore – en morceaux, lacéré par les crocs de ses fidèles compagnons, bel et bien mort.
Traumatisée, la jeune femme est pourtant convaincue de l’innocence de ses chiens. En revanche, Bennett, dont elle explore le passé, n’est pas l’homme qu’elle imaginait. Elle découvre un personnage trouble, voire dangereux. Morgan n’est pas au bout de ses surprises…
Ne mords pas la main qui te nourrit est un thriller psychologique haletant qui pose une question dérangeante : connaît-on réellement ceux qui partagent nos vies ?

 

Thriller

La disparue de la cabine n°10 de Ruth Ware

 

Laura Blacklock journaliste pour un magasine de voyage. Un soir, elle entend un bruit dans son appartement et se retrouve nez à nez avec un cambrioleur… par chance afin d’oublier ce cauchemar, elle est invitée sur un luxueux yacht en tant que journaliste, afin de chroniquer le premier voyage dans ce yacht d’un tout nouveau genre, en effet un yacht de luxe avec seulement 10 cabines.

Le yacht appartient à  Lord Bullmer, qui voyage en compagnie de sa richissime épouse atteinte d’un cancer.

Tout est réuni pour en faire une croisière de rêve…

Mais, la croisière va vite virer au cauchemar quand Laura est témoin d’un meurtre, en effet durant la nuit elle est réveillé par un bruit étrange dans la cabine voisine, et à juste le temps de voir quelqu’un passer par dessus bord…

Ce roman en huit clos est un vrai thriller psychologique, très bien travaillé, on ressent l’angoisse, la peine de Laura, mais également ses doutes face aux murs qu’elle trouve en face d’elle chaque fois qu’elle raconte ce qu’elle entendu, et vu…nous en venant également à douter de sa sincérité, en effet tout joue contre elle.

Dommage qu’il ait tant de longueur… mais l’auteur a réussi tout de même à nous laisser longtemps dans le doute et la fin est très réussie. Donc avis plus que positif pour ce roman.

Éditeur : FLEUVE EDITIONS (11/01/2018)
Nombre de pages : 432

 

*******************

Une semaine à bord d’un yacht luxueux, à sillonner les eaux de Grand Nord avec seulement une poignée de passagers.
Pour Laura Blacklock, journaliste pour un magazine de voyage, difficile de rêver d’une meilleure occasion de s’éloigner au plus vite de la capitale anglaise.
D’ailleurs, le départ tient toutes ses promesses : le ciel est clair, la mer est calme et les invités très sélect de l’Aurora rivalisent de jovialité. Le champagne coule à flot, les conversations ne manquent pas de piquant et la cabine est un véritable paradis sur l’eau.
Mais dès le premier soir, le vent tourne. Laura, réveillée en pleine nuit, voit la passagère de la cabine adjacente être passée par-dessus bord.
Le problème ? Aucun voyageur, aucun membre de l’équipage ne manque à l’appel. L’Aurora poursuit sa route comme si de rien n’était.
Le drame ? Laura sait qu’elle ne s’est pas trompée. Ce qui fait d’elle l’unique témoin d’un meurtre, dont l’auteur se trouve toujours à bord…

 

Coup de coeur·Thriller

La sorcière de Camilla Lackberg

10ème enquête de la série  « Erica Falck et Patrik Hedström » Cliquer pour la liste de ses autres romans

C’est avec hâte et plaisir que je retrouve une nouvelle enquête de mes chouchous Erica et Patrick.

On les retrouvent cette fois face à l’horrible meurtre d’une fillette de 4 ans, étrangement petite fille morte au même âge et dans la même ferme que la petite Stella 30 ans plus tôt.

De suite tout le monde se pose la question, ces histoires sont-elles liées ? A l’époque 2 adolescentes, Helen et Marie avaient été tenues pour coupables après avoir avoué, puis se rétractant par la suite. Le doute persiste, d’autant plus que Marie, devenue une actrice célèbre à Hollywood, est revenue dans à Fjällbacka pour le tournage d’un film.

En parallèle, on découvre le destin tragique de plusieurs réfugiés syriens, et leur difficultés d’adaptation et d’acception par la population suédoise. Sujet bien d’actualité…

Pour rajouter un peu plus d’action au roman, on partage également la vie difficile de 2 adolescents rejetés et harcelés par leurs pairs.

On retrouve bien évidement, Erica, débordée entre ses 3 enfants et ses recherches pour son nouveau roman, pas le meilleur exemple de mère comme le souligne si bien sa belle-mère, mère et épouse parfaite…

Et enfin la 2ème histoire se déroule en 1671 avec pour personnage principale Elin, jeune veuve, employée comme bonne  par sa demi-soeur, sur fond de chasse à la sorcière sur simple dénonciation….

Dans ce roman, j’ai retrouvé tous les ingrédients habituels qui ont fait un succès de tous les romans de cette auteur : une multitude de personnages tous plus attachants les uns que les autres, des meurtres, de l’amour, de l’amitié, des passages drôles et surtout 2 histoires parallèles à 2 époques différentes qui vont se réunir à la fin pour expliquer l’intrigue qui se passe de nos jours, même si dans ce roman je trouve que cela est moins évident habituellement, moins approfondie que cela a pu l’être dans ses autres romans.

Dans ce roman on découvre ce qu’il peut y avoir de plus noir chez l’être humain. Un livre glaçant mêlant haines familiales datant de décennies et leurs conséquences, mais également comment détruite un être innocent, l’emmenant à commettre l’irréparable par soif de vengeance !

Encore une réussite, encore un coup de coeur pour moi  😛

Éditeur : ACTES SUD (01/11/2017)
Nombre de pages : 700

******************************************

Nea, une fillette de 4 ans, a disparu de la ferme isolée où elle habitait avec ses parents. Elle est retrouvée morte dans la forêt, à l’endroit précis où la petite Stella, même âge, qui habitait la même ferme, a été retrouvée assassinée trente ans plus tôt.

Avec l’équipe du commissariat de Tanumshede, Patrik mène l’enquête, tandis qu’Erica prépare un livre sur l’affaire Stella. Sur la piste d’une très ancienne malédiction, les aventures passionnantes d’Erica et de Patrik continuent, pour le plus grand plaisir des lecteurs.

 

Thriller

La mort dans l’âme de Roland Collin

 

Le prologue nous met de suite dans l’ambiance particulière du roman, avec des soldats face à des faits étranges…

L’histoire se déroule en 1960, donc après la seconde guerre mondiale, qui reste malgré tout bien présente dans les mémoires et a marquée tout un petit village en France, à quelques kilomètres de Nice.

Le capitaine John Archer, anglais de 40 ans, enquêteur pour la “Royal Military Police” est dépêché dans le petit village de Gillens, afin d’enquêter sur la disparition étrange au fort de Vigie de 4 soldats, dont 3 étaient anglais..

Il sera logé par Lilly  qui lui loue une chambre dans sa maison. C’est une jeune veuve allemande, qui a perdu son mari, français originaire du village, et son fils lors d’un terrible accident de voiture. A cause de ses origines allemandes elle est haie par tout le village malgré sa discrétion et gentiellesse.

Lilly reçoit régulièrement la visite d’une spectre, une jeune fille qu’elle prénommera Anna. Elle se met alors en tête de découvrir qui est cette jeune fille. Très vite sa recherche de vérité va rejoindre l’enquête difficile de John… Ils vont se heurter à tout un village et une communauté soudée afin de préserver leurs secrets et les leurs.

J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre. L’auteur nous rappelle avec habileté une époque très trouble de la France, la seconde guerre mondiale et surtout l’après guerre. Par des mots bien choisis on s’attache particulièrement et rapidement à Lilly et John. Les touches de surnaturel apportent beaucoup à l’histoire car sont placées subtilement aux bons moments.

L’auteur inverse aussi le rôle des méchants et gentils de l’après-guerre. On y retrouve de la jalousie, de l’avarice de la haine, un peu d’amour, beaucoup de courage. Des ingrédient qui en font un très bon  livre.

Je regrette juste 2 petites choses, un peu de longueur à certains moments et la fin ma moyennement plus, pas assez approfondie, un peu précipitée, une impression de vouloir en finir vite.

Nombre de pages : 250

******************************

Présentation de l’éditeur
Les disparus de Gillens : l’affaire la plus étrange et la plus éprouvante sur laquelle John Sanders a travaillé…

Témoignage de Marco Camponi – Novembre 1960.
« J’étais en train de tout nettoyer quand il y a eu les premiers cris. Au début, ça m’a fait marrer. Des cris, il y en avait à chaque
fois. Mais cette fois-ci, c’était très différent. Ils étaient beaucoup plus puissants. Je n’étais pas tranquille. Je me suis approché de la porte et là, j’ai entendu des hurlements comme je n’avais jamais entendu. Presque inhumains, vous voyez ? Je ne savais pas quoi faire. Quelque chose d’anormal était en train de se passer. Je n’ai pas cherché à comprendre. Je me suis enfui en emportant mes affaires. Je n’ai plus jamais revu Bertrand et les autres… »

 

 

 

Erotique·Romance

Bad Boy d’Amandine Clémente

Lou, jeune étudiante à Nice, descend dans le Var chez ses parents les week-end, elle vit une belle histoire d’amour à Nice  avec Yoanne depuis 15 mois. C’est la jeune fille parfaite, bien sous tout rapport, brillante étudiante en lettres modernes, joue au tennis… et ça c’est jusqu’à elle rencontre le ténébreux Sacha.

Sacha, fait partie de la bande du village qui a mauvaise réputation, le mauvais garçon le bas boy de ces dames, à qui l’on ne peut rien refuser, qui traficote à ses heures perdues afin d’arrondir ses fins de mois.

La rencontre de Lou et Sacha sera littéralement un coup de foudre, un Roméo et Juliette des temps modernes comme le souligne Lou dans un passage du livre…

Et là, on voit bien entendu venir le cliché du méchant loubard, dragueur, briseur de coeur et de la parfaite jeune fille qui tombe amoureuse,…oui c’est un peu ça, mais pas que. L’auteur joue un peu sur les clichés on ne peut pas se mentir, mais elle décrit bien les personnages, nous expliquant pourquoi ils en sont là, ne rentre pas dans la facilité comme beaucoup d’auteurs du genre ont le malheur de faire.

La fin nous laisse frustré car l’on a envie d’en savoir plus sur l’histoire de Lou et Sacha, de voir comment leur relation va évoluer avec le temps.

Éditeur : NUMERIKLIVRES (17/10/2017)
Nombre de pages : 216

********************

Trop beau pour être sincère ? Trop séduisant pour ne pas être dangereux ? Lorsque Lou rencontre Sacha, elle ne s’attend pas à vivre une histoire passionnée qui pourrait bien lui brûler les ailes. Entre mensonges et trahisons, jusqu’où ira-t-elle pour cet homme un peu trop dangereux… « Dans le train qui me ramenait à Nice, j’ai regardé le paysage défiler sous mes yeux sans prêter attention à la sonnerie de mon téléphone. Yoann avait dû m’appeler cinq ou six fois et je n’ai pas répondu. Je n’étais pas encore prête à entendre une autre voix que celle de Sacha. Je voulais faire le trajet avec ce son en tête, cette voix grave et chaude, envoûtante. Le train semblait désert, j’étais seule dans le compartiment, seule avec mes doutes et mes questions. Seule aussi avec ma honte. Il ne s’agissait que d’un baiser mais les choses auraient très rapidement pu déraper si le temps avait été de notre côté. Yoann ne méritait pas une chose pareille… »

Roman

Un amour au long cours de Jean-Sébastien Hongre

 

Livre lu à 2, mais autant dire que mon mari a abandonné de suite cette lecture…quant à moi j’ai essayé mais malheureusement n’est pas pu aller jusqu’au bout.

Anaïs et Franck vont à tour de rôle à travers l’écran d’un ordinateur, dévoilés leur histoire, leurs sentiments, le secret de la longévité de leur couple. Premier moment de gêne pour moi, comment un couple peut se dévoiler à travers un ordinateur ? Il ne parle pas entre eux ?

Donc c’est un récit à 2 voix, donc 2 points de vues…

Sous forme d’articles il nous explique les concessions à faire pour faire durer un couple…

Bon je ne pourrais pas en dire plus car j’ai stoppé ma lecture, tout est trop lisse, trop aseptisé, je dirais que cela ne pas apporté grand chose, car on est tous différents, on ne vit pas notre relation de la même manière. En couple depuis bientôt 19 ans, mariée depuis plus de 15 ans, je n’ai aucune leçon à donner à personne, ni aucun secret sur la longévité de mon couple, juste beaucoup d’amour, de compréhension et mon mari reste mon meilleur ami m’ayant offert en plus de beaux enfants.

Un livre qui pourra plaire à beaucoup, mais pas à moi…

Éditeur : ANNE CARRIÈRE (12/10/2017)
Nombre de pages : 197

**************************

Existe-t-il une formule magique pour qu’un couple résiste au temps qui passe, à la pression du quotidien ? Anaïs et Franck y croient, ils ont décidé de tenir bon contre vents et marée.
Au fil des années, ils ont mis au point des astuces, forgé des règles de vie qu’ils ont écrites et affichées sur leur frigidaire. Ainsi est née la ” Constitution du couple ” qu’ils ont établie pour se guider et se soutenir de jour en jour. Grâce à elles, ils ont pu traverser les grandes étapes de ce voyage qu’est toute vie conjugale: la naissance et l’éducation de leurs enfants (avec ce que cela a remué en eux de leur propre passé), les relations avec la belle-famille, une activité professionnelle chronophage, l’érosion du désir et des sentiments, la tentation de l’infidélité…
Leurs filles devenues grandes, Anaïs et Franck revisitent les moments clés de ce combat commun, se découvrent des zones d’ombre et engagent un dialogue risqué. Ont-ils réussi leur pari ? L’amour peut-il réellement se décider ? Suffit-il de rester ensemble pour qu’il perdure ?

Un livre dans lequel tout le monde pourra se reconnaître, une histoire touchante qui pourrait aussi s’avérer utile !