Coup de coeur·Roman

La chambre des merveilles de Julien Sandrel

 

Louis 12 ans, enfant précoce en classe de 3ème vit seul avec sa maman Thelma, Directrice marketing pour un grand groupe cosmétique à Paris. Elle est débordée, donne tous pour son travail, elle n’arrive plus à voir où son ses priorités…

Mais un samedi matin c’est le drame, alors qu’elle part rejoindre sa mère pour déjeuner, à pied avec son fils en skate, celui-ci est percuté par un camion.

Le monde de Thelma s’effondre à l’annonce du diagnostic très réservé de Louis, dans un coma profond.

Elle bascule dans une sombre dépression, boit, plus rien n’a d’intérêt pour elle malgré l’appui inconditionnel de sa mère…jusqu’à ce qu’elle découvre caché sous un matelas un carnet écrit par son fils : “Le livre des merveilles” ou celui-ci a noté toutes les choses qu’il a envie de réaliser…sa vie va alors changer !

En lisant ce livre, j’ai ri, j’ai pleuré, beaucoup réfléchi, et me suis aperçue, combien, parfois, malgré nous, nous donnions de l’importance à des choses qui n’en avaient pas. Ce livre m’a profondément touché, un livre merveilleux (il porte bien son nom  🙂 )bouleversant, un grand, non un énorme coup de coeur comme je n’en ai  pas eu depuis longtemps. Tout le monde devrait lire ce livre.

Petite note j’ai adoré le clin d’œil au film Thelma et Louise qui colle bien aux personnages principaux.

Bravo à Julien Sandrel pour son premier roman, une réussite, un livre parfait !

Éditeur : CALMANN-LÉVY (07/03/2018)
Nombre de pages : 265

**********************************************************

Inattendu, bouleversant et drôle,
le pari un peu fou d’une mère
qui tente de sortir son fils du coma
en réalisant chacun de ses rêves.

Louis a 12 ans. Ce matin, alors qu’il veut confier à sa mère, Thelma, qu’il est amoureux pour la première fois, il voit bien qu’elle pense à autre chose, à son travail sûrement. Alors il part, fâché et déçu, avec son skate, et traverse la rue à fond. Un camion le percute de plein fouet.

Le pronostic est sombre. Dans quatre semaines, s’il n’y a pas d’amélioration, il faudra débrancher le respirateur de Louis. En rentrant de l’hôpital, désespérée, Thelma trouve un carnet sous le matelas de son fils. À l’intérieur, il a dressé la liste de toutes ses « merveilles », c’est-à-dire les expériences qu’il aimerait vivre au cours de sa vie.

Thelma prend une décision : page après page, ces merveilles, elle va les accomplir à sa place. Si Louis entend ses aventures, il verra combien la vie est belle. Peut–être que ça l’aidera à revenir. Et si dans quatre semaines Louis doit mourir, à travers elle il aura vécu la vie dont il rêvait.

Mais il n’est pas si facile de vivre les rêves d’un ado, quand on a presque quarante ans…

Coup de coeur·Policier

Crimes, affaires et faits divers

Ce magnifique livre est une compilation  du journal l’illustration, 1er journal  illustré (à partir de 1843) qui relatait de grandes affaires judiciaires.

A travers des illustrations (photos des criminels, reconstitutions réalisées à l’époque, photos des scènes de crimes etc…)et des résumés on y retrouve de grandes affaires criminelles, dont on parle encore aujourd’hui.

Ces histoires sont classées par ordre chronologique on peut y lire également  un  article sur un reportage réalisé en 1890 au quai des orfèvres, et une étude sur l’assassin solitaire réalisé en 1899.

Au milieu de tous ces articles, on y trouve entres autre un article sur le meurtre de la très célèbre impératrice Elisabeth d’Autriche surnommée Sissi, l’affaire Dreyfus en 5 parties afin de bien comprendre ce qu’il a été écrit à l’époque et le déroulement complet de l’enquête, et affaire plus récente, l’affaire Landru le barbe-bleue de Gambais.

Vous découvrirez dans ce livre 47 articles divisés en 6 chapitres allant de 1862 à 1934.

Ce livre est un vrai trésor, un excellent travail de recherche afin de ne retenir que le plus important de chaque affaires et les meilleures illustrations. Une mémoire illustrée d’affaires criminelles ayant défrayé la chronique avant et après la 1ere guerre mondiale.

Un vrai coup de coeur pour ce livre collector à avoir dans sa bibliothèque, si, comme moi, vous êtes passionnés d’histoires criminelles.

Éditeur : L’ARCHIPEL (01/10/2017)
Nombre de pages : 176

******************************************

« On a beau se dire qu’il faut prendre tout au sérieux, rien au tragique, la foule, avec son instinct, sent qu’il faut compter avec un nouvel élément d’inquiétude. On se fera aux attentats, sans doute, mais l’apprentissage est dur. On ne danse plus sur un volcan, mais on y déjeune, on y dîne et on y couche. »
Cet article d’avril 1892, au plus fort des attentats anarchistes qui ensanglantent la capitale, aurait pu être écrit de nos jours. C’est ce qui frappe à la lecture des pages que L’Illustration consacre, durant près d’un siècle, aux faits divers, meurtres en série, scandales politiques et affaires qui bouleversent la IIIe République, jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

Relatés au jour le jour par le texte et par l’image, l’affaire Dreyfus, le scandale de Panama, la bande à Bonnot, le procès de Landru ou l’affaire Stavisky, tout comme les faits divers les plus célèbres ou les plus crapuleux, trouvent dans L’Illustration un éclairage passionnant et authentique.

 

Coup de coeur·Thriller

La liste de nos interdits de Koethi Zan

1997 :
Depuis le terrible accident de voiture qui avait tué la mère de Jennifer et blessé celle-ci et sa meilleure amie Sarah, ces 2 jeunes filles ont appliqué à leur vie des règles très stricts sous forme de liste d’interdits. Elles réalisent régulièrement des statistiques sur les différentes façons de mourir. On les sent obsédées par la mort…

13 ans plus tard, on retrouve Sarah à New-York, elle travaille pour une compagnie d’assurance, la plupart du temps à partir de son domicile, pour fuir tout contact humain et tout danger, essayant tant bien que mal de survivre à 3 ans de séquestration et de tortures,  dans un sous-sol, où a périe sa meilleure amie Jennifer.

Elle s’en est sortie vivante avec 2 autres jeunes femmes Christine, mariée depuis et mère de 2 petite filles, et Tracy féministe acharnée.

Le passé refait surface quand l’agent Jim Mc Cordy reprend contact avec Sarah afin que celle-ci vienne témoigner pour empêcher son bourreau, Jack Derber, d’être remis en liberté conditionnelle pour bonne conduite mais également pour lui remettre une lettre de celui-ci sous forme d’énigme.

Commence pour Sarah une quête de vérité,  mais aussi de remise en question.

Ce livre et brillant, on pourrait penser que l’auteur va s’enfouir dans la brèche de la facilité en nous décrivant avec détails les horreurs subis par les victimes de Jack Derber, mais non, avec brio, elle nous entraîne bien plus loin, sondant les âmes et des victimes et des bourreaux.  Aucun temps mort dans ce roman.  L’auteur ne nous laisse rien deviner.

J’avoue que, surtout sur les derniers chapitres, ce livre ma tenue en haleine. Impossible de le poser avant de comprendre, pourquoi, qui, comment ?

Rien à redire, un coup de coeur pour moi, me permettant de terminer cette année 2017 en beauté !

Éditeur : Fleuve éditions (fleuve noir) le 11 juin 2015
Nombre de pages : 368

************************

Elles croyaient que tout prévoir, tout anticiper les sauverait du pire. Elles se trompaient.
Ne pas se rendre seule à la bibliothèque le soir
Ne pas se garer à plus de six places de sa destination
Ne pas faire confiance à un inconnu
Ne pas sortir sans bombe lacrymo
Toujours repérer les sorties
Toujours suivre les règles
Ne jamais paniquer…
Et la règle n°1 : ne jamais monter dans la voiture d’un inconnu.
Elles avaient tout prévu. Rédigé une liste exhaustive des dangers qui peuplent notre environnement. Énuméré tous les interdits. Pris toutes les mesures de sécurité pour rendre leur monde plus sûr.
Aucun imprévu ne devait plus pouvoir les surprendre.
Elles ont enfreint la première règle : elles ont pris un taxi.
Dès lors, le cauchemar n’aura plus de fin.

 

 

Coup de coeur·Thriller

La sorcière de Camilla Lackberg

10ème enquête de la série  « Erica Falck et Patrik Hedström » Cliquer pour la liste de ses autres romans

C’est avec hâte et plaisir que je retrouve une nouvelle enquête de mes chouchous Erica et Patrick.

On les retrouvent cette fois face à l’horrible meurtre d’une fillette de 4 ans, étrangement petite fille morte au même âge et dans la même ferme que la petite Stella 30 ans plus tôt.

De suite tout le monde se pose la question, ces histoires sont-elles liées ? A l’époque 2 adolescentes, Helen et Marie avaient été tenues pour coupables après avoir avoué, puis se rétractant par la suite. Le doute persiste, d’autant plus que Marie, devenue une actrice célèbre à Hollywood, est revenue dans à Fjällbacka pour le tournage d’un film.

En parallèle, on découvre le destin tragique de plusieurs réfugiés syriens, et leur difficultés d’adaptation et d’acception par la population suédoise. Sujet bien d’actualité…

Pour rajouter un peu plus d’action au roman, on partage également la vie difficile de 2 adolescents rejetés et harcelés par leurs pairs.

On retrouve bien évidement, Erica, débordée entre ses 3 enfants et ses recherches pour son nouveau roman, pas le meilleur exemple de mère comme le souligne si bien sa belle-mère, mère et épouse parfaite…

Et enfin la 2ème histoire se déroule en 1671 avec pour personnage principale Elin, jeune veuve, employée comme bonne  par sa demi-soeur, sur fond de chasse à la sorcière sur simple dénonciation….

Dans ce roman, j’ai retrouvé tous les ingrédients habituels qui ont fait un succès de tous les romans de cette auteur : une multitude de personnages tous plus attachants les uns que les autres, des meurtres, de l’amour, de l’amitié, des passages drôles et surtout 2 histoires parallèles à 2 époques différentes qui vont se réunir à la fin pour expliquer l’intrigue qui se passe de nos jours, même si dans ce roman je trouve que cela est moins évident habituellement, moins approfondie que cela a pu l’être dans ses autres romans.

Dans ce roman on découvre ce qu’il peut y avoir de plus noir chez l’être humain. Un livre glaçant mêlant haines familiales datant de décennies et leurs conséquences, mais également comment détruite un être innocent, l’emmenant à commettre l’irréparable par soif de vengeance !

Encore une réussite, encore un coup de coeur pour moi  😛

Éditeur : ACTES SUD (01/11/2017)
Nombre de pages : 700

******************************************

Nea, une fillette de 4 ans, a disparu de la ferme isolée où elle habitait avec ses parents. Elle est retrouvée morte dans la forêt, à l’endroit précis où la petite Stella, même âge, qui habitait la même ferme, a été retrouvée assassinée trente ans plus tôt.

Avec l’équipe du commissariat de Tanumshede, Patrik mène l’enquête, tandis qu’Erica prépare un livre sur l’affaire Stella. Sur la piste d’une très ancienne malédiction, les aventures passionnantes d’Erica et de Patrik continuent, pour le plus grand plaisir des lecteurs.

 

Coup de coeur·Thriller

Transe de M.I.A

Le personnage principal (dont je tairais le prénom car il fait partie de l’une des énigmes, on dira donc que c’est vous lecteur), se réveille couvert de sang dans une “chambre” poussiéreuse… Vous êtes enfermés à priori et ne savez pas comment vous êtes arrivé ici…

Ce livre et un jeu de piste, dont vous êtes le héros et dont vos choix décideront de l’évolution de votre personnage, il est aisé de se mettre dans la peau du personnage car toute la narration se fait en “vous”. Vous vous réveillez, vous avancez….etc

Dès les premières pages nous sommes mis dans le bain par une première énigme sous forme d’un message trouvé : « YIZEL ! Xvoov-xr vgzrg… » et le choix d’essayer ou nom de le déchiffrer.

Vous comprenez rapidement où vous êtes. On apprend très vite que vous aussi vous avez des problèmes de santé qui peuvent ou non orienter certains de vos choix

Il y a 12 fins différentes et je l’avoue je n’ai pas trouvé la plus adaptée

A la fin, les auteurs nous donnent un lien avec un mot de passe qui va vous permettre notamment d’avoir la possibilité de consulter la mind-map de votre cheminement au cœur de l’hôpital, c’est-à-dire une partie des coulisses de la construction du récit et de ses variations. On indique aussi comment obtenir la meilleure fin possible.

Pour résumer sans vous gâcher le plaisir de cette lecture si différente, j’ai adoré me mettre dans la peau de notre héroïne et me suis trouvée bien bête de voir que moi l’habitué des lectures policières avec énigmes, n’ait pas réussi à faire les meilleurs choix. Donc oui l’intrigue est vraiment très bien écrite, comme la totalité du livre.

Je conseille vraiment la lecture de ce roman un vrai coup de coeur !

Éditeur : ÉDITIONS HÉLÈNE JACOB (04/09/2017)

*************************

Vous vous réveillez, le corps couvert de sang et l’esprit confus, dans un bâtiment abandonné, aux fenêtres condamnées et aux issues verrouillées.Pourquoi vous trouvez-vous ici, quel est cet endroit et comment vous en échapper ?Un ennemi invisible, qui semble rôder à proximité, vous laisse des messages et des indices mystérieux, en rapport avec votre passé.Pour survivre et comprendre les raisons de votre enlèvement, vous devez franchir les nombreuses zones qui vous séparent de la sortie, tout en élucidant les énigmes placées sur votre chemin.À la frontière du roman et du jeu de rôle, « Transe » est un thriller où vos décisions influencent le déroulement de l’histoire et sa conclusion.Parviendrez-vous à atteindre la dernière porte ?

Coup de coeur·Policier·Thriller

Cyanure de Laurent Loison

 

C’est avec plaisir que je retrouve le commissaire Florent Bargamont “Barga”, Emmanuelle de Quezac “EDQ” et le capitaine Loïc Gerbaud.

Gonzague Verdine, ministre des affaires sociales et de la santé est tué par balle, par un sniper assez doué !

Bien entendu notre très cher Maurice Quezac ministre de l’intérieur ne veut que Barga et donc  sa chère nièce Manue sur l’enquête.

L’auteur nous fait quelques retours en arrière afin de nous mettre dans l’ambiance mafieuse et “politico incorrecte” qui est omniprésente dans le livre. La vous vous vous dites, oh non on va encore manger de la politique à toutes les pages avec des mafieux et corruption et tout le tralala qui va avec… Mais pas du tout en faite, je dirais même que l’auteur à plutôt bien  exploité cette partie nécessaire du roman, sans longueur, ni approfondissement sur les enjeux politiques des uns et des autres, juste une petite touche de rien du tout qui apporte beaucoup à la compréhension des actes de certains, même si ça n’excuse rien.

Au fils de l’enquête Barga découvre le tueur à gages responsable de la mort de Verdine, a déjà à son actif  en 15 ans une cinquantaine d’assassinats, tous passés complètement inaperçus aux yeux de la justice…

On découvre également une partie du passé de Barga avec l’arrivée d’un nouveau personnage, une jeune fille, l’auteur ne s’attardera pas longtemps sur celle-ci, peut être dans un prochain roman ?

Comme son premier roman, j’ai adoré cette histoire, dure de lâcher le roman…la lecture est fluide grâce à ces courts chapitres, les personnages sont attachants.

Ne vous attendez pas à une partie de plaisir en lisant ce roman, il y a des moments hyper dure, ou la larme m’est venue facilement, je l’avoue sans aucune honte, et j’ai adoré ça, j’ai adoré être touchée par cette histoire, complètement emmenée dans l’histoire…

Et la fin ? Mais quel génie ce Laurent, une fin surprenante  !

Pour résumer, un vrai coup de coeur, allez que vienne le prochain je l’attend avec beaucoup, mais alors vraiment beaucoup d’impatience. Laurent confirme ce que je pensais lors de la lecture de Charade, il va faire partie de ses grands écrivains français dont on attendra la sortie du prochain roman avec impatience !

Éditeur : HUGO ET COMPAGNIE (21/09/2017)
Nombre de pages : 446

********************************************

Branle-bas de combat au 36, quai des Orfèvres. Toujours assisté de sa complice Emmanuelle de Quezac et du fidèle capitaine Loïc Gerbaud, le célèbre et impétueux commissaire Florent Bargamont se trouve plongé dans une enquête explosive bien différente des habituelles scènes macabres qui sont sa spécialité.

Un ministre vient en effet d’être abattu par un sniper à plus de 1200 m. Sachant que seules une vingtaine de personnes au monde sont capables d’un tel exploit, et que le projectile était trempé dans du cyanure, commence alors la traque d’un criminel particulièrement doué et retors.

Les victimes se multiplient, sans aucun lien apparent et n’ayant pas toutes été traitées au cyanure. Balle ou carreau d’arbalète, la précision est inégalée. Ont-ils affaire à un ou plusieurs tueurs ? Un Guillaume Tell diaboliquement efficace se promène-il dans la nature ?

Tandis que Barga doit faire face à de perturbantes révélations et se retrouve dans une tourmente personnelle qui le met K.O., les pistes s’entremêlent jusqu’au sommet de l’État, où le président de la République n’est peut-être pas seulement une cible.

 

 

 

Coup de coeur·Enquête·Policier

Meurtre sur Oléron – Les mouettes ne se marrent plus de Lise Dubief

 

Un homme est retrouvé mort sur l’ïle d’Oléron sur la plage de La Brée.
Le commissaire Raymond Eustache est détaché sur l’île pour aider la gendarmerie dans son enquête.
Le cadavre est celui de Mathieu Rimbaud, fils de l’épicier.

L’histoire débute le 21 juillet, mais afin de nous faire comprendre pourquoi Mathieu est mort, l’auteur nous ramène au 16 juillet, la narration est faite par la victime elle même, et continuera jusqu’au jour de sa mort, avec des retours au présent avec l’avancement de l’enquête.
On découvre un jeune homme comme tous les autres, qui vie de petits boulots (travaille dans le marais salant et dans un vignoble), fumant de l’herbe de temps à autre, sortant faire la fête…etc
Il n’a pas vraiment d’ennemis, sauf peut être le fils du patron du vignoble où il travaille qui le jalouse aussi bien pour la qualité de son travail au vignoble, comme pour la relation privilégiée qu’il entretient avec Marie qui travaille aussi durant les vacances au vignoble.

Au fil des pages on sent que quelque chose torture Mathieu

Ce livre est une bouffée d’air frais, j’avais la sensation d’être sur la plage, de sentir l’odeur des algues, de sentir le sable sous mes pieds nus, l’auteure excelle dans l’art de décrire ce qui entoure les personnages.

L’enquête est prenante, le duo formé par le commissaire et le gendarme plus qu’improbable fonctionne plutôt bien, même si j’avoue j’ai entraperçu rapidement qui, et pourquoi, Mathieu était mort, cela n’a rien enlevé à mon plaisir de lire ce livre. Un grand, même un immense Bravo à l’auteure, une excellente surprise, un coup de coeur pour ce roman ! Une belle découverte, hâte découvrir un prochain roman de cette auteure et pourquoi par avec Eustache et un peu plus d’informations sur celui-ci et son passé secret.

Éditeur : LA GESTE (02/03/2017)
Nombre de pages : 295

************************************************************

Sur une petite plage de l’île d’Oléron, un jeune homme est retrouvé mort, à demi enseveli dans le sable. Raymond Eustache, commissaire de police de La Rochelle, est dépêché sur place.

Au rythme enivrant des effluves marins et des pineaux charentais, il arpente les marais salants sauvages et les vignobles de l’île. Au fil de ses rencontres, il s’imprègne de la vie insulaire. Alors que se profile la courte vie de la victime, les circonstances du meurtre se dessinent pour faire resurgir un passé implacable et douloureux.