Thriller

Les chiens de détroit de Jérôme Loubry

Détroit, novembre 1998 :

Le jeune Peter est retrouvé mort dans un buisson, étranglé après son enlèvement.
L’inspecteur Stan Mitchell, alias “Le Molosse” est dépêché sur l’enquête. D’autres meurtres viendront…

2013 :

Sarah Barkhamp dirige une arrestation dans une maison isolée : celle du kidnappeur et meurtrier de plusieurs enfants.

A travers plusieurs flashs back on apprend toutes les trames de cette sordide affaire, tordue à souhait.

On y retrouve Stan un flic torturé, alcoolique, violent, qui s’assagit avec les années, hanté par ces histoires d’enlèvement de 1998 jamais résolues. De l’autre côté on retrouve la flic parfaite Sarah, qui noue une relation étrange avec Stan.

Dans cette histoire rien n’est simple, rien n’est ce qu’il parait. Sous fond de misère sociale et crise économique, il nous décrit avec art comment d’un moment à l’autre la vie d’une famille peu basculer.

La fin est génial, je mettrai un mais, eh oui, juste un manque d’action évident qui m’a gâché un peu le plaisir de cette lecture si différente.

Éditeur : CALMANN-LÉVY (11/10/2017)
Nombre de pages : 306

*************************

DÉTROIT A PERDU SES REPÈRES.
SES HABITANTS L’ABANDONNENT.
SES ENFANTS DISPARAISSENT.

2013, à Détroit. Cette ville qui a été la gloire de l’Amérique n’est plus qu’une ruine déserte, un cimetière de buildings.
Cette nuit-là, la jeune inspectrice Sarah Berkhamp mène le groupe d’intervention qui encercle une maison et donne l’assaut. Mais aucun besoin de violence, le suspect attend, assis à l’intérieur. Il a enlevé cinq enfants. Et il est sans doute le Géant de brume, le tueur insaisissable qui a laissé derrière lui sept petits corps, il y a quinze ans. Alors pourquoi supplie-t-il Sarah : « Aidez-moi… » ?
L’histoire s’ouvre donc avec l’arrestation du coupable. Et pourtant, elle ne fait que commencer. À Détroit, personne n’est innocent…

 

Laisser un commentaire