Policier·Roman

Sans même un adieu de Robert Goddard

 

1923 : Geoffrey Staddon  architecte, dont la cote est en chute libre suite à la dévastation par un incendie d’un hôtel dont il avait dessiné les plans, découvre dans le journal que son ancienne maîtresse, Consuela Caswell brésilienne et épouse du riche Victor Caswell, est accusée du meurtre par empoisonnement de la nièce de celui-ci.

Via des flashs-black, Geoffrey raconte la  rencontre et l’histoire d’amour interdite qu’il a vécu avec Consuela en 1911, lors de la construction de Clouds Frome, la demeure qu’il a imaginée pour son mari.

Je ne vais pas m’attarder plus sur ce livre tellement il me fut difficile d’en finir la lecture. Un livre plat, ennuyeux, la fin arrive tout juste à nous faire oublier légèrement la platitude du reste de l’histoire. En bref, un livre pas fait du tout pour moi.

Éditeur : LE LIVRE DE POCHE (03/01/2018)
Nombre de pages : 795

******************

1911. Geoffrey Staddon, un jeune et talentueux architecte, vient de concevoir une magnifique demeure, Clouds Frome. En travaillant sur ce projet, il est tombé fou amoureux de l’épouse de son commanditaire, Consuela Caswell. Alors que les amants projettent de vivre ensemble, Geoffrey abandonne finalement la jeune femme à son triste sort, préférant se consacrer pleinement à ses ambitions professionnelles.
1923. Geoffrey apprend par un article de presse que Consuela Caswell est accusée de meurtre et risque la peine capitale. Bouleversé par cette nouvelle qui réveille bien des fantômes et ravive son sentiment de culpabilité, il décide de retourner à Clouds Frome. Il ne sait pas encore que ce qu’il va y découvrir bouleversera son existence.